Journées nationales de la macula 2018 : faites-vous dépister !

Les Journées Nationales de la Macula sont organisées cette année du lundi 25 au vendredi 29 juin 2018. La communication de ce rendez-vous annuel se focalisera sur trois pathologies majeures de la macula : la DMLA (Dégénérescence maculaire liée à l’âge), la maculopathie diabétique et la maculopathie myopique. 

Du 25 au 29 juin 2018, les ophtalmologistes (libéraux et hospitaliers) partenaires de la campagne recevront, sur rendez-vous, les personnes présentant un risque de maculopathie et souhaitant bénéficier d’un dépistage.

Le dépistage s’adresse en particulier aux personnes ne présentant pas de signes d’atteinte de la macula et ayant les caractéristiques suivantes :

  • âgée de 55 ans ou plus non suivie ou n’ayant pas bénéficié d’un examen ophtalmologique depuis plus d’une année ;
  • et/ou souffrant de diabète et ne bénéficiant pas d’un suivi ophtalmologique régulier ;
  • et/ou souffrant de myopie forte (correction supérieure à -6 dioptries).

Un examen du fond d’oeil sera réalisé. Si ce dernier  révèle des signes d’atteinte de la macula, un bilan plus approfondi sera programmé (OCT ou Tomographie en Cohérence Optique, angiographies rétiniennes, etc.), pour confirmer ou non ce diagnostic. Un traitement et/ou des mesures préventives ainsi qu’un programme de surveillance adapté pourront de fait être proposés aux patients diagnostiqués au plus tôt afin d’éviter, dans la mesure du possible, la dégradation visuelle et les complications. Chaque patient dépisté recevra des informations, ainsi que des conseils personnalisés et pourra poser des questions.

Pour en savoir plus sur les Journées nationales de la macula : journees-macula.fr

28 février 2018 : les maladies rares à l’honneur

Le 28 février a lieu chaque année la Journée mondiale des maladies rares. L’occasion de braquer les projecteurs sur des maladies souvent mal connues.

Une maladie est considérée comme « rare » lorsqu’elle touche moins d’une personne sur 2 000 soit, pour la France, moins de 30 000 personnes malades par pathologie. Mais si l’on cumule les 8 000 maladies rares connues à ce jour, plus de 3 millions de personnes, soit 4,5 % de la population française, sont concernés ! Il s’agit donc d’un véritable enjeu de santé publique.

Si ces maladies affectent souvent les enfants, elles peuvent également toucher les adultes. Elles sont d’autant plus difficiles à vivre qu’en dépit des avancées de la recherche, la plupart d’entre elles ne bénéficient pas d’un traitement curatif.

Parce qu’on peut tous un jour se trouver confronté de façon directe ou indirecte à une maladie rare, il essentiel de mieux les connaître. Cette année, la 11ème édition de la journée internationale des maladies rares est marquée par un événement au Forum des halles à Paris. Objectif : informer le grand public sur ces maladies de façon ludique et interactive. Point d’orgue de cette journée : une conférence grand public pour dresser un état des lieux de la recherche sur ces maladies rares et présenter des pistes porteuses d’espoir pour les patients.

Pour en savoir plus : rarediseaseday.org

 

Un campus sans tabac à Rennes : une première en France !

L’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) à Rennes qui forme chaque année des étudiants sur les questions de prévention et de santé publique souhaite montrer l’exemple en matière de lutte contre le tabagisme. A partir du 31 mai 2018, date de la Journée mondiale sans tabac, il sera interdit de fumer au sein du campus. Une décision inédite en France ! Pour pouvoir fumer, il faudra se rendre dans une des zones dédiées, situées à l’extérieurs du campus. De quoi dissuader certains fumeurs ! Et pour aller plus loin, le campus proposera à ceux qui souhaitent en finir avec la cigarette un dispositif d’information et d’accompagnement : stand d’information, consultations avec une infirmière tabacologue, séances de sophrologie…

Consulter l’article en ligne

L’IEMP lance la première campagne nationale d’information sur le bon usage des écrans

Télévision, ordinateur, smartphone, tablettes… Nous sommes entrés dans l’ère de l’hyperconnexion, au grand dam des derniers récalcitrants et nostalgiques de la période où l’on pouvait s’offrir le luxe de ne pas être joignable à chaque instant… Mais cette omniprésence des écrans n’est pas sans risque. Désintérêt pour la vraie vie, rupture des liens sociaux, stress, mal être… les conséquences d’un usage excessif sont nombreuses et souvent lourdes. Pour aider les utilisateurs des écrans à réguler d’eux-mêmes leur pratique, l’IEMP a conçu une campagne nationale d’information sur le bon usage des écrans. Construite autour du slogan « Ensemble, gardons le contrôle », elle vise à diffuser une information objective et dépassionnée sur un sujet qui ne laisse aujourd’hui personne indifférent.

Pour en savoir plus, RDV sur : www.lebonusagedesecrans.fr

Bayer part en campagne contre la rétinopathie diabétique

« Après 10 ans de diabète (et même avant), pensez à faire votre fond d’œil ». C’est le slogan de la nouvelle campagne de sensibilisation lancée par les laboratoires Bayer, notre partenaire des Journées nationales de la macula. Objectif : inciter les patients diabétiques à faire contrôler régulièrement leur vision pour limiter leurs risques de développer des pathologies oculaires graves comme la rétinopathie diabétique qui est la première cause de cécité en France chez les personnes de moins de 50 ans.

 

Pour en savoir plus : www.dansloeildudiabete.com